Evolution n° 4 : atteindre le personnel d’encadrement.

Le dopage implique souvent le personnel d’encadrement du sportif (entraîneurs, soigneurs, médecins, responsables d’équipes…) qui se trouvent en dehors de la juridiction des autorités antidopage. Le Code Mondial Antidopage 2015 met en place plusieurs evolutions pour modifier cette situation :

-  L’article 20.3.5 demande aux Fédérations internationales d’adopter des règles qui obligent le personnel d’encadrement du sportif d’accepter l’autorité des Organisations antidopage en matière de gestion des résultats.

-  Les articles 20.3.10 et 20.5.9 exigent que les Fédérations internationales et les Organisations nationales antidopage mènent une enquête automatique sur le personnel d’encadrement dans tout cas de violation des règles antidopage commise par un mineur. C’est également le cas si un membre du personnel d’encadrement a fourni un soutien à plus d’un sportif reconnu coupable d’une violation des règles antidopage.

- L’article 2.10 crée une violation des règles antidopage pour le sportif qui s’associe à du personnel d’encadrement qui est actuellement suspendu ou qui a été reconnu coupable dans une procédure pénale, disciplinaire ou professionnelle pour une conduite qui constituerait du dopage . Et ce, pendant six ans à compter de la condamnation ou pendant la durée de la sanction pénale, selon celle de ces deux périodes qui sera la plus longue.

Il en est de même pour quelqu’un qui servirait de couverture à une telle personne.

Avant de considérer qu’un sportif a violé cet article, il doit avoir été avisé du statut disqualifiant de cette personne.

Enfin, cet article ne s’applique pas aux circonstances où l’association est inévitable, comme dans une relation parent/enfant ou mari/femme.

-  L’article 21.2.6 stipule que « le personnel d’encadrement du sportif n’utilisera ni ne possèdera de substance interdite ni de méthode interdite sans justification valable. » La violation de cet article ne constitue pas une violation des règles antidopage, mais est passible d’une action disciplinaire au titre des règles disciplinaires sportives.

L’ensemble de ces mesures permettent ainsi de mettre en cause l’ensemble du système dans le quel le sportif dopé est impliqué. Il n’est plus seul à devoir répondre de ses actes alors que son action est parfois largement influencée par son encadrement.

L'agence mondiale antidopage publie une liste des personnes actuellement interdites d'association avec un sportif.