Refus d'un contrôle antidopage : deux ans de suspension.

Le meilleur sprinteur sud-africain vient d'être suspendu deux ans pour avoir refusé un contrôle antidopage. Cette sanction le prive des Mondiaux d'Athlétisme, cet été à Pékin, ainsi que des jeux Olympiques de Rio de Janeiro en 2016.

En effet, le refus sans justification valable d'un prélèvement d’échantillons après notification, est considéré comme une infraction équivalente à un contrôle antidopage positif. On peut espérer que la majorité des sportifs élites sont informés de cette spécificité du code mondial antidopage. Les sportifs amateurs, eux, ne sont pas toujours au courant et refusent parfois un contrôle pour des raisons tout à fait insuffisantes du point de vue de la législation antidopage (crainte de rater son avion de retour par exemple).