Suspension à vie d'un entraîneur de tennis.

La fédération internationale de tennis vient de valider la suspension à vie d'un entraîneur Roumain. Les faits qui lui sont reprochés : avoir administré de la méthandiénone, un stéroïde anabolisant, à une jeune joueuse. 

Notons que d'une part, l'impact sur la santé de ce type de produit, déjà élevé, est majoré pour les femmes et les mineurs ; et que d'autre part, en France, il s'agit d'un comportement pouvant entraîner des sanctions  pénales.

« Les peines prévues ... sont portées à sept ans d'emprisonnement et à 150 000 EUR d'amende lorsque les faits sont commis en bande organisée, au sens de l'article 132-71 du code pénal, ou lorsqu'ils sont commis à l'égard d'un mineur ou par une personne ayant autorité sur un ou des sportifs.»