Les compléments alimentaires

Les compléments alimentaires sont des denrées alimentaires dont le but est de compléter le régime alimentaire normal. Ce sont des sources concentrés de nutriments ou d’autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique seuls ou combinés, commercialisés sous forme de gélules, sachets de poudre, ampoules de liquide … et autres formes similaires destinées à être prises en unités mesurées de faible quantité.

Trois catégories de denrées peuvent être utilisées pour la fabrication de ces compléments alimentaires :

  • vitamines et minéraux
  • substances à but nutritionnel ou physiologique
  • plantes et préparations de plantes

Quels sont les risques de contrôle antidopage positif lorsque l’on consomme un complément alimentaire ?

Différentes études montrent que les compléments alimentaires contiennent fréquemment des substances dopantes non mentionnées dans la notice (Geyer et coll., 2006). Il est donc possible d’être contrôlé positif en consommant des compléments alimentaires (Green et coll., 2001). De plus,  la consommation de certaines substances peut entraîner des risques pour la santé (Geyer et coll., 2006).

En savoir plus :

- Le bilan 2013 de nutrivigilance de l'ANSE ;

- Enquête sur les maladies du foie induites par les compléments alimentaires.

Les risques de consommation de substances dopantes dans les compléments alimentaires ont plusieurs origines :

  • La matière première contient une substance dopante :

En effet, il existe de plusieurs plantes comme le Citrus aurantium ou Ma Huang, l'Acacia rigidula qui contiennent des substances dopantes (octopamine, phenéthylamine, méthylhexanamine...par exemple).

  • Le complément alimentaire est contaminé durant la fabrication :

Lorsque des matières premières contenant des substances dopantes sont utilisées dans la chaîne de fabrication, il arrive que des résidus se mélangent dans le produit fini.

  • Les contaminations volontaires et intentionnelles :

Certains fabricants peu scrupuleux intègrent des produits dopants dans les compléments alimentaires pour augmenter leur efficacité.

Ce cas de figure est malheureusement assez fréquent :

- Groupe de travail sur la falsification des compléments alimentaires ;

- Asapha Powell attaque en justice un fabriquant de compléments alimentaires ;

- Alerte à l'AMP Citrate dans les compléments alimentaire ; 

Compléments alimentaires et dopage: le cas de la méthylhexanamine ;

- Contamination du tribulus terrestris aux stéroïdes anabolisants.

Il est simple en France de fabriquer et vendre un complément alimentaire. Il suffit d’être enregistré au registre du commerce. Les dispositions réglementaires pour la fabrication et la vente de ces produits ne sont pas équivalentes à celles imposées aux laboratoires pharmaceutiques.

En particulier, il existe de nombreux intermédiaires entre la production de la matière première et la mise en marché. La traçabilité des produits est difficile et explique les risques pluriels de contamination par un produit dopant. Par exemple, il arrive souvent que l’industriel méconnaisse la composition exacte de la matière première achetée et d’autant plus que celle-ci peut provenir de régions différentes, d’où une composition des produits…variable.

En cas de contrôle positif, le sportif est tenu responsable de toute substance ou méthode qu’il absorbe, qui lui est administrée ou appliquée. On dit que la responsabilité du sportif est objective : la seule présence d’une substance interdite dans un prélèvement suffit à fonder la violation des règles (voir Conseil d’Etat 2 juillet 2001, req. 221481), sans qu’il soit nécessaire de prouver que le sportif avait l’intention d’améliorer ses performances sportives en consommant un produit.

 Les fabriquants de compléments alimentaires se soucient de plus en plus de cette problématique et peuvent avoir recours à des démarches qualités en s'appuyant sur des audits soit internes, soit externes (Sport Protect par exemple). La norme AFNOR NF V 94-001 donne un cadre de référence aux bonnes pratiques en la matière.

A lire à ce sujet : "Dopage par les compléments alimentaires : pour une politique de réduction des risques".

Par ailleurs, au delà de la problématique du dopage accidentel, certains compléments alimentaires présentent un réel risque pour la santé. Aux USA et en Grande Bretagne, on observe régulièrement l'apparition de produits qui contiennent des substances dangereuses et qui doivent finalement être retirées du marché suite à des accidents graves. Si le sujet vous intéresse, n'hésitez pas à lire ce document de l'antenne médicale de prévention du dopage Languedoc Roussillon.

Les produits de l’effort sont-ils considérés comme des compléments alimentaires ?

Non. Les produits de l’effort sont considérés comme des denrées alimentaires destinées à une alimentation particulière  (Directive 2009/39/CE du parlement européen et du conseil du 6 mai 2009). Il s’agit des aliments adaptés à une dépense musculaire intense (barres et gels énergétiques, boissons énergétiques,…). On retrouve dans cette catégorie des produits contenant des glucides et riches en énergie. Attention, il ne faut pas confondre les boissons énergétiques avec les boissons énergisantes qui contiennent divers excitants comme la caféine et qui sont plutôt déconseillées pour les activités sportives. Vous trouverez sur le site de l'IRBMS une information très compléte sur ce sujet.