S1. Agents anabolisants

La classe des agents anabolisants regroupent des substances qui augmentent la synthèse des protéines dans les cellules, entraînant une augmentation de tissus cellulaires, en particulier dans les muscles. Les agents anabolisants ont également des propriétés virilisantes notamment le développement et l'entretien des caractéristiques masculines telles que la croissance des cordes vocales et la pilosité.

Ces susbtances, lorsqu'elles sont utilisées en dehors d'une prise en charge médicale et de déficit pathologiques avérés,  apportent à l'organisme des quantités d'hormone mâle très supérieures à celles qui sont normalement synthétisées. Cette surdose provoque un déséquilibre profond de l'organisme et a des conséquences importante sur la santé comme  la réduction de la production d'hormones males (hypoandrogénie acquise), les troubles anxio dépressifs majeurs (attaques de panique, dépression lourde), la stérilité et l'impuissance. A plus long terme, ces dérivés hormonaux aggravent les effets des hormones mâles sur l'organisme : le risque de cancer est globalement accru, les pathologies vasculaires et cardiaques sont démultipliés, ainsi que les pathologies du foie. Par ailleurs ces susbtances entraînent des inconvénients esthétiques non négligeables comme l'acné, l'accélération de la calvitie, et la réduction des organes génitaux masculins.

On observe également que la succession d'un état "dynamique/aggressif" pendant les cures d'anabolisants avec un état "anxio depressif" à l'arrêt de ces produits favorise une reprise de la consommation malgrès la volonté de réduire les risques liés à une consommation régulière.

Le code mondial antidopage précise que les substances suivantes sont interdites :

1. Stéroïdes anabolisants androgènes (SAA)

a. SAA exogènes*, incluant :

1-androstènediol (5α-androst-1-ène-3β,17β-diol ),

1-androstènedione (5α- androst-1-ène-3,17-dione),

bolandiol (estr-4-ène-3β,17β-diol),

bolastérone,

boldénone,

boldione (androsta-1,4-diène-3,17-dione),

calustérone,

clostébol,

danazol ([1,2]oxazolo[4',5':2,3]prégna-4-ène-20-yn-17α-ol),

déhydrochlorméthyltestostérone (4-chloro-17β-hydroxy-17α-méthylandrosta-1,4-diène-3-one),

désoxyméthyltestostérone (17α-méthyl-5α-androst-2-ène-17β-ol),

drostanolone,

éthylestrénol (19-norprégna-4-ène-17α-ol),

fluoxymestérone,

formébolone,

furazabol (17α-méthyl[1,2,5]oxadiazolo[3',4':2,3]-5α-androstane-17β-ol),

gestrinone,

4-hydroxytestostérone (4,17β-dihydroxyandrost-4-ène-3-one),

mestanolone,

mestérolone,

métandiénone (17β-hydroxy-17α-méthylandrosta-1,4-diène-3-one),

méténolone,

méthandriol,

méthastérone (17β-hydroxy-2α,17α-diméthyl-5α-androstane-3-one),

méthyldiénolone (17β-hydroxy-17α-méthylestra-4,9-diène-3-one),

méthyl-1-testostérone (17β-hydroxy-17α-méthyl-5α-androst-1-ène-3-one),

méthylnortestostérone (17β-hydroxy-17α-méthylestr-4-en-3-one),

méthyltestostérone,

métribolone (méthyltriènolone, 17β-hydroxy-17α-méthylestra-4,9,11-triène-3-one),

mibolérone,

nandrolone,

19-norandrostènedione (estr-4-ène-3,17-dione),

norbolétone,

norclostébol,

noréthandrolone,

oxabolone,

oxandrolone,

oxymestérone,

oxymétholone,

prostanozol (17β-[(tétrahydropyrane-2-yl)oxy]-1'H-pyrazolo[3,4:2,3]-5α-androstane),

quinbolone,

stanozolol,

stenbolone,

1-testostérone (17β-hydroxy-5α-androst-1-ène-3-one),

tétrahydrogestrinone (17-hydroxy-18a-homo-19-nor-17α-prégna-4,9,11-triène-3-one),

trenbolone (17β-hydroxyestr-4,9,11-triène-3-one),

et autres substances possédant une structure chimique similaire ou un (des) effet(s) biologique(s) similaire(s).

 

b. SAA endogènes** par administration exogène :

androstènediol (androst-5-ène-3β,17β-diol),

androstènedione (androst-4-ène-3,17-dione),

dihydrotestostérone (17β-hydroxy-5α-androstan-3-one),

prastérone (déhydroépiandrostérone, DHEA, 3β-hydroxyandrost-5-ène-17-one),

testostérone,

et les métabolites et isomères suivants, incluant sans s’y limiter :

5α-androstane-3α,17α-diol,

5α-androstane-3α,17β-diol,

5α-androstane-3β,17α-diol,

5α-androstane-3β,17β-diol,

5β-androstane-3α,17β-diol,

androst-4-ène-3α,17α-diol,

androst-4-ène-3α,17β-diol,

androst-4-ène-3β,17α-diol,

androst-5-ène-3α,17α-diol,

androst-5-ène-3α,17β-diol,

androst-5-ène-3β,17α-diol,

4-androstènediol (androst-4-ène-3β,17β-diol),

5-androstènedione (androst-5-ène-3,17-dione),

épi-dihydrotestostérone,

épitestostérone,

étiocholanolone,

3α-hydroxy-5α-androstan-17-one,

androstérone (3β-hydroxy-5α-androstan-17-one),

7α-hydroxy-DHEA,

7β-hydroxy-DHEA,

7-keto-DHEA,

19-norandrostérone,

19-norétiocholanolone.

 

2. Autres agents anabolisants, incluant sans s'y limiter :

Clenbutérol,

modulateurs sélectifs des récepteurs aux androgènes (SARMs, par ex. andarine et ostarine),

tibolone,

zéranol,

zilpatérol.

 

La substance la plus détournée à des fins de dopage de cette classe est le clenbutérol. Les effets secondaires de ce produit sont nombreux :

- palpitations, des tremblements, des sueurs ou céphalées, tachycardie prolongée,

- gène respiratoire, œdème et spasmes musculaires,

- perturbations neurologiques (agitation, anxiété),

- hypokaliémie parfois accompagnée d'une hyperglycémie,

- trouble du rythme cardiaque, hypotension artérielle, insuffisance coronarienne, pouvant aller jusqu’à l’infarctus du myocarde,

- une association de clenbutérol avec des stéroïdes anabolisants ou des hormones thyroïdiennes augmente fortement le risque de cardiotoxicité puisque chacune de ces substances est susceptible d'entrainer un arrêt cardiaque. 

 

* « exogène » désigne une substance qui ne peut pas être habituellement produite naturellement par l’organisme humain.

** « endogène » désigne une substance qui peut être habituellement produite naturellement par l’organisme humain.