S5. Diurétiques et autres agents masquants

La classe des diurétiques et autres agents masquant regroupe les substances qui sont capables de perturber les analyses des échantillons d’urines recueillis lors des contrôles antidopage.

Les agents masquants sont interdits. Ils incluent :

Desmopressine,

probénécide,

succédanés de plasma (par ex. glycérol; administration intraveineuse d’albumine, dextran, hydroxyéthylamidon et mannitol),

et autres substances possédant un (des) effet(s) biologique(s) similaire(s).

L’administration locale de la félypressine en anesthésie dentaire n’est pas interdite.

Les diurétiques :

Les diurétiques sont des substances qui entraînent une augmentation de la sécrétion urinaire.

Les risques liés à l'utilisation de ces substances sont nombreux, par exemple : déshydratation, douleurs musculaires et crampes, hypotensions artérielles, insuffisances rénales, troubles digestifs, maux de tête, troubles cardiaques, hémorragies digestives (spironolactone)...

Les diurétiques inclus par exemple :

Acétazolamide,

amiloride,

bumétanide,

canrénone,

chlortalidone,

acide étacrynique,

furosémide,

indapamide,

métolazone,

spironolactone,

thiazides (par ex. bendrofluméthiazide, chlorothiazide, hydrochlorothiazide),

triamtérène,

vaptans (par ex. tolvaptan)

et autres substances possédant une structure chimique similaire ou un (des) effet(s) biologique(s) similaire(s).

Par contre la drospirénone, le pamabrome et l’administration topique de dorzolamide et brinzolamide, ne sont pas interdits.

L’usage en compétition, et hors compétition si applicable, de toute quantité d’une substance étant soumise à un niveau seuil (c’est-à-dire formotérol, salbutamol, cathine, éphédrine, méthyléphédrine et pseudoéphédrine) conjointement avec un diurétique ou un autre agent masquant, requiert la délivrance d’une autorisation d’usage à des fins thérapeutiques spécifique pour cette substance, outre celle obtenue pour le diurétique ou un autre agent masquant.